Civilisation de la modération

Je trouve cette idée fort inspirante. La modération comme un terrain de jeu pour retrouver l’essentiel. Une vision frugale mais juste, basée sur l’idée que les excès ne sont pas nécessaires.

Nous naviguons tous dans le superflu… à différents niveaux. Nous cherchons parfois la quantité plutôt que la qualité. Je prend conscience à quel point la qualité demande plus de temps et d’investissement, à tous points de vue d’ailleurs. La valeur se trouve pourtant au coeur de cet engagement… il me semble.

Personnellement, ce qui m’anime de plus en plus c’est l’idée de participer à la création d’un nouveau monde, où on enlève le superflu et on ajoute du sens. Où on s’interroge sur le sens des choses et sur la manière. Je me demande d’ailleurs si le sens pourra un jour servir à remplacer les excédants ou les excès?  

Je me dis que le grandiose ne se trouve pas toujours là où on pense. Et il ne réside que très rarement (sinon jamais!) dans le matériel… Il est tout autour, dans les gens qui en profitent avec nous, dans l’expérience qu’il procure peut-être, dans ce qu’il rend possible, sans doute… Mais il s’agit peut-être aussi d’un luxe, de se poser cette question sur le sens des choses… J’imagine que ça démontre bien à quel point nous nous sommes éloignés des besoins essentiels. Mais peut-être est-il bon, aussi, qu’à force d’avancer dans cette société matérielle… nous portions une importance grandissante sur le sens qu’ont les choses.

To be continued.